Le Christ, Prince de la paix, peut-il naitre dans un monde en guerre ?

Par ABOMAKI JOSEPH, CICM

images_61Le concept de « guerre » est un terme polysémique. La guerre ne se définit pas seulement comme un conflit armé ou une violence entre les Etats ou à l’intérieur d’un Etat. Elle peut s’étendre jusqu’aux membres d’une même famille, à l’intérieur de l’individu lui-même. Une personne peut mener parfois la guerre contre elle-même. La guerre à laquelle nous faisons allusion dans cette réflexion désigne tout ce qui est trouble ou simplement absence de paix.

Après la Seconde Guerre mondiale qui a ravagé l’humanité, nous pensions que les Nations du monde avaient compris les terribles conséquences de la guerre sur l’humanité. Malheureusement les guerres sont toujours présentes et fréquentes dans notre monde. Des conflits armés, des guerres locales et tribales, des attaques terroristes, de différentes formes de génocide se poursuivent dans le monde. Des milliers de personnes meurent chaque jour par des affrontements militaires. Certains pays continuent de menacer d’autres. Des agressions, des fusillades, des voitures piégées sont les maitres mots dont parlent les médias aujourd’hui. Le djihadisme, doctrine contemporaine prônant l’usage ultime de la violence à des fins politico-religieuses est déjà une banalité de nos jours. Beaucoup de guerres aujourd’hui sont alimentées par des fondamentalismes religieux. La plupart des gens, motivés souvent par des intérêts politiques, sociaux et économiques, se servent des religions pour atteindre leur but. Tout ceci éloigne l’humanité de la paix. Ces différentes guerres expliquent le phénomène migratoire actuel. Beaucoup de gens fatigués par des guerres sanglantes et incessantes sont à la recherche d’un climat de paix. L’absence de paix s’étend jusqu’à nos familles. Que des familles divisées ! Que des couples divorcés ! Combien des personnes ne se sont-elles pas suicidées aujourd’hui ? Tout ce phénomène est l’expression de manque de paix qui ronge notre humanité.

Les conséquences de ces différentes guerres influent sur la création. La guerre de l’homme s’étend jusqu’à la création. Si nous parlons aujourd’hui de réchauffement climatique, c’est parce que les mauvais rapports entre les hommes détruisent la création, puisqu’il y a un rapport naturel entre l’homme et la création. Ainsi nuire à l’homme, c’est détruire la création.

Par ailleurs, nous savons que les guerres, les haines et les violences ne sont pas des réalités nouvelles. Elles ont existé depuis toujours, depuis le temps de Caïn et Abel. Dieu n’en est pas la cause, mais plutôt l’homme qui refuse de se soumettre à la volonté de Dieu. Dans un tel monde déchiré par des guerres sanglantes, des haines et des violences de tout genre, le Christ peut-il y naitre ?

Pour répondre à cette question, écoutons le prophète Isaïe parlant de la royauté du Messie (Is 11). Après avoir subi toutes sortes de malheurs et d’épreuves, Isaïe console le peuple d’Israël en lui annonçant la paix que va apporter le Messie. Cette paix du Messie ne va pas se limiter entre les hommes, mais elle va s’étendre jusqu’à toute la création. Les hommes et les animaux vont également vivre en une parfaite harmonie. Les fauves changeront leurs instincts, ils seront paisibles et vivront par conséquent avec les autres animaux. Les enfants vont jouer avec les serpents venimeux. Les hommes vont vivre dans une paix parfaite parce que les guerres, les violences et les haines vont complètement disparaitre. Ceci montre ainsi la puissance rénovatrice de l’œuvre du Messie.

La naissance de Jésus Sauveur est un motif de joie pour l’humanité, car le Messie vient justement délivrer son peuple du mal qui l’accable et l’avilit. Pour les chrétiens, l’Incarnation du Fils de Dieu est un moment important de l’instauration de paix et de réconciliation universelle. Les Anges annoncent avec joie la nouvelle de cette naissance : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux et sur la terre paix hommes objets de sa complaisance» (Lc 2, 14). En devenant homme, le Christ nous divinise. Cette divinisation de l’être humain permet ainsi de valoriser la vie de l’homme, car chaque homme devient ainsi fils de Dieu par l’incarnation de Jésus.

Comme Prince de la paix, Jésus apporte la paix au monde entier, parce que la paix est le désir le plus profond de l’homme (cf. Jean XXIII, Pacem in terris, n°1). C’est ainsi que le prophète Isaïe le présente comme le Prince de la paix par excellence qui vient instaurer son règne de paix dans le monde. La paix de Jésus est différente de la paix de ce monde. La paix de Jésus est une grâce donnée à celui qui s’est réconcilié avec Dieu, celui qui a la foi et la confiance en Lui et celui qui est en communion avec Lui. La paix de Jésus exige la libération de mauvais désirs, des intentions malveillantes et des conflits intérieurs qui engendrent les guerres extérieures comme le dit saint Jacques : « D’où viennent les guerres et d’où viennent les batailles parmi vous ? N’est-ce pas précisément de vos passions qui combattent vos membres ? (Jc4, 1).

La paix de Dieu ne peut régner dans notre monde que si et seulement si nous nous réconcilions et vivons en paix avec Dieu, les uns avec les autres et entre nous, dans un type de nouveaux rapports interpersonnels. Même si la paix de Dieu est différente de la paix de ce monde, Jésus nous invite à être les artisans de paix, parce que les fils de Dieu sont justement ceux qui s’engagent pour l’instauration d’une paix véritable dans le monde. Le désordre actuel de notre monde n’est-il pas le reflet de la qualité de nos relations avec Jésus ? « La paix terrestre quinait de l’amour du prochain est elle-même image et effet de la paix du Christ qui vient de Dieu le Père » (Gaudium et spes, 78). Comme les hommes de tous les temps et de tous les milieux sont pécheurs, nous ne pouvons pas rêver d’une paix véritable et parfaite sur cette terre, parce que « le danger de guerre menace, et il en sera ainsi jusqu’au retour du Christ » (Gaudium et spes, 78). La naissance de Jésus nous apporte l’espérance d’un monde de paix que va instaurer le règne du Roi Messie, un monde où l’instinct de guerre va complètement disparaitre comme le souligne si bien le prophète Isaïe : « Il jugera entre les nations, il sera l’arbitre de peuples nombreux. Ils briseront leurs épées pour en faire des socs et leurs lances pour en faire des serpes. On ne lèvera plus l’épée nation contre nation, on n’apprendra plus à faire la guerre » (Is. 2, 4).

Le Fils de Dieu couché dans la mangeoire invite notre monde assoiffé de la justice et de la paix à s’approcher de l’étable pour assouvir sa soif. L’incarnation de Fils de Dieu dans notre monde prouve combien Dieu nous aime, qu’il est présent parmi nous et qu’il partage nos souffrances et nos misères. Que la paix que Jésus nous apporte règne dans notre monde, dans nos pays, dans familles divisées et dans nos cœurs. Ouvrons nos cœurs pour que Jésus puisse y naitre et y instaurer son règne paix.

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s